Qui suis-je ?

Prêtre ARCWP (Association des femmes prêtres catholiques romaines) j’ai été ordonnée le     14 mars 2015 à Sarasota (Floride, USA) selon le rite catholique romain, par l’évêque Mme Bridget Mary Meehan, dans les formes traditionnelles demandées par l’Église catholique

 

Ma vie spirituelle

Ma démarche veut répondre à une vocation à la prêtrise qui a fait l’objet d’un discernement de plus de 25 ans : je n’ai eu d’autre choix que d’obéir à l’appel du Christ à servir à sa table, à l’invoquer dans l’assemblée, à annoncer son Évangile et à me rendre disponible pour dispenser à mes frères et sœurs les sacrements nécessaires à une vie en Église conformément à notre tradition catholique romaine.

Le canon 1024 réserve l’ordination presbytérale aux vir (hommes de sexe masculin), mais, en toute conscience, je crois qu’il est bon d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, comme les apôtres et Pierre l’ont déclaré à l’Aréopage23. Les lois de l’Église, qui ont souvent évolué et ne sont pas de droit divin, ne m’ont pas laissé le choix.

J’attends de mon Église qu’elle mette à profit, en vue de la réalisation du Royaume « au milieu de nous » des charismes à ne pas gaspiller : enseignement et accueil, soin et écoute des autres, amour de la prière autour du Christ et de l’Eucharistie. Mes nombreuses années d’apostolats divers en sont témoin, en catéchèse, dans des quartiers défavorisés – Villiers-le-Bel (diocèse de Pontoise), Catabois (diocèse de Mondoñedo-Ferrol), Bogotá et l’Amazonie en Colombie, ou encore le refuge pour femmes sans toit à La Corogne (diocèse de Saint-Jacques de Compostelle). J’exerce, depuis 2015, la fonction de prêtre dans ma communauté Home Novo (La Corogne,Compostelle), dans la joie de l’Évangile.

Avec mes sœurs femmes prêtres de l’ARCWP, nous avons créé et dynamisé des communautés chrétiennes de baptisés égaux entre eux, vivantes, fidèles à l’Église romaine et capables d’accueillir frères et sœurs dans l’amour et l’inclusivité. Chacun.e y occupe sa place selon ses talents et les besoins de sa communauté. Ce sont des communautés où il fait bon se rencontrer autour de l’Eucharistie pour offrir nos vies telles que nous les vivons, dans un esprit d’écoute, de joies et de peines partagées et sans jugements.

 

Mon appel à être curé

Je mets à la disposition de mon Église, que j’aime profondément, toute cette expérience, qui, j’en suis sure, est en harmonie avec l’idéal du pasteur à l’odeur de brebis si cher à notre pape François dont je connais les écrits pour les avoir étudiés et cités au cours de mes études de théologie.

Je me rends disponible au service de l’Église de France, au sein de laquelle j’ai reçu le baptême et la confirmation. Je la perçois souffrante et à bout de souffle, secouée par des scandales qui nuisent à l’annonce de l’Évangile, surtout aux plus petits. Le peuple de Dieu est trop souvent confronté au jeûne spirituel, aux portes des églises fermées qui ne voient plus passer des hommes, des femmes et des enfants heureux de se rassembler.

Mon corps de femme est l’œuvre du Créateur, il vit pour Lui dans l’Esprit, à la suite du Seigneur Jésus. Comme l’a fait Marie-Madeleine, je partirai annoncer sa résurrection.

Je me rends également disponible pour toute fonction ou ministère ouverts aux presbytres de rite romain : évêque, cardinale ou légat apostolique. Puisque je suis d’ores et déjà ordonnée, il n’y a que mon genre féminin qui m’écarte du service. Or, en Christ, « il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme »25.

 

La curé que je veux être

Je souhaite animer ou bâtir des communautés d’Église horizontales et non hiérarchiques, où les services et ministères sont assurés par des personnes élues par l’ensemble des membres. Chaque membre y possède la faculté de donner son avis, d’être entendu.e et de participer librement aux décisions.

La gouvernance repose aussi sur des personnes qui n’ont pas reçu les ordres sacrés mais qui ont été choisies pour leurs charismes et leur sagesse. Profondément attachées au Christ et à son Évangile, elles savent donner la priorité aux petits et faibles, et se rendre au chevet de ceux qui en ont le plus besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *